Le blason des anciens du collège Hautefeuille

Accès espace membre

Première inscription

Pour votre première inscription, rendez-vous sur la page "Inscription"

Accueil > Témoignages d’Anciens >Interview d’Arshad

Interview d’Arshad

Le 24 septembre 2010, un ancien élève, Arshad, 26 ans, est revenu voir Hautefeuille après 14 ans. Il a déjeuné avec les professeurs et visité le collège. Les notes prises après ces conversations ont permis de réaliser cet entretien.

• En quelle classe étais-tu lorsque tu as quitté Hautefeuille ?

— Arshad : J’ai quitté Hautefeuille en 5e, au bout de 2 ans. J’avais un projet de section sport-étude, j’étais passionné de football. Plus tard, j’ai dû abandonner ce projet pour des raisons physiques.

• Pourquoi t’étais-tu inscrit à Hautefeuille, alors que tes parents sont musulmans ?

— Justement, mes parents souhaitaient que l’école reflète l’éducation donnée à la maison, c’est pourquoi ils avaient choisi le privé.

• En tant que musulman, comment suivais-tu la formation chrétienne ?

— Je n’assistais pas à la messe, mais je suivais les cours de religion. J’ai été très frappé par la liberté qu’on me laissait pendant le temps de la messe : je pouvais rentrer à la maison ou travailler dans la classe sans qu’on me dise quoi que ce soit.

• Voyais-tu l’abbé pendant les cours, comme les autres élèves ?

— Oui, et je ne m’en privais pas. Je ne me confessais pas, bien sûr, mais je lui posais des questions personnelles ou bien je bavardais.

• Ta religion était-elle respectée ?

— Oui, personne n’en faisait une histoire. J’ai beaucoup apprécié cette atmosphère de liberté, mais je ne l’ai jamais retrouvée après : l’année suivante j’étais dans un collège public et j’ai trouvé au contraire de la crispation sur la religion, notamment sur le port de l’étoile de David, du voile ou de la croix.

• Pourquoi es-tu revenu au bout de 14 ans ?

— Je voulais revoir Hautefeuille et mes anciens professeurs, car je vous dois beaucoup. Aux moments clés de ma vie professionnelle, j’ai pensé à la formation reçue à Hautefeuille, et cela m’a aidé à prendre des décisions parfois difficiles.

• Par exemple ?

— J’ai passé deux ans en Angleterre, puis j’ai été attaché de presse. Ensuite, j’ai arrêté cette profession, car je ne voulais pas perdre tous mes amis et devenir un requin. C’est en pensant à Hautefeuille que je me suis décidé. J’ai choisi une vie qui me permettait d’être digne. Je suis maintenant voyagiste.

• Qu’as-tu spécialement gardé de la formation reçue à Hautefeuille ?

— Beaucoup de choses. Le respect, d’abord. Ailleurs, on parle du respect, mais on ne le vit pas. Dans certains collèges, quand vous faites une bêtise, vous êtes convoqué dans le bureau du directeur, et il se contente de vous sanctionner : vous êtes renvoyé pour huit jours. Une semaine après, vous revenez ; tout est effacé, on ne vous en parle plus, et vous n’avez qu’une envie : recommencer.

• Et à Hautefeuille, que se passait-il ?

— A Hautefeuille, quand je faisais une bêtise, j’étais aussi convoqué chez M. Sauleau, ou M. Neuville ; mais on m’écoutait, on me parlait ; et le lendemain, je revenais au collège avec de bonnes résolutions.

• Quelles autres choses t’ont marqué ?

— J’ai fortement apprécié le suivi personnel, le préceptorat. Parler avec un professeur, qui vous donne des conseils de méthode, je ne l’ai jamais trouvé ailleurs. Ailleurs, on a parfois l’impression qu’il y a trop de monde, que les professeurs n’ont pas foi en leur métier, et le courant ne passe pas. Ici, nous étions comme une petite famille, et chacun comptait. Le niveau scolaire était excellent, je ne l’ai jamais retrouvé par la suite.

• Que pensais-tu de l’uniforme ?

— Comme tout le monde, j’imagine, je me plaignais de l’uniforme. Mais il m’a beaucoup servi : porter une cravate, une tenue élégante, cela m’a aidé dans ma vie professionnelle. Comme attaché de presse d’abord, comme voyagiste maintenant, je m’habille aisément en costume-cravate, et je sais que cela me met en valeur.

• Quelques mots pour conclure…

— A Hautefeuille, on n’apprenait pas seulement des matières scolaires : on apprenait la vie, les valeurs morales, tout ce qui fait l’homme. Ce que j’ai appris ici m’a aidé à me construire.

Propos recueillis par Silvestre Baudrillart

Silhouettes d'arbres et d'anciens d'Hautefeuille