Le blason des anciens du collège Hautefeuille

Accès espace membre

Première inscription

Pour votre première inscription, rendez-vous sur la page "Inscription"

Accueil > Témoignages d’Anciens >Des Anciens à Saint-Jacques-de-Compostelle

Des Anciens à Saint-Jacques-de-Compostelle

Un petit groupe d’anciens de Hautefeuille, de la promotion 2008 (bac passé en 2011), se rend chaque année sur une tranche du chemin de Compostelle pour y passer quelques jours d’aventure en commun. Une expérience originale, qui permet de redéfinir ce qu’est un ancien de Hautefeuille. Interview d’Yrieix, suivie des réponses de Paul et de Clément.

Photo prise en novembre 2011, à la fête de Hautefeuille

Vous organisez depuis quelques années un périple à Saint-Jacques de Compostelle : d’où vous est venue cette idée et est-ce en lien avec votre qualité d’Anciens de Hautefeuille ?

L’idée du pèlerinage vient de Philippe et Paul qui ont commencé tous les deux en partant du Puy en Velay. Ils nous en ont parlé et nous avons adhéré à l’idée, pour finalement tous nous retrouver successivement sur le chemin de Saint Jacques. Eh oui nous sommes tous des anciens d’Hautefeuille : nous ne pouvons pas nier que cela joue un rôle particulier dans notre périple. Premièrement nous nous sommes tous connus là-bas et nous en gardons tous un super souvenir ; nous ne cessons d’ailleurs de nous remémorer le soir autour d’un repas chaud les mimiques de M. Neuville, M. Fournier, M. Tsangaris, (M. Baudrillart aussi… « la sonne cloche ! ») ou autre en train de nous reprendre sur notre assiduité à tel ou tel cours. Malgré les chemins bien différents que nous avons tous pris, cela reste une solide base commune aussi bien sur le souvenir que sur les valeurs autour desquelles nous pouvons nous retrouver. Simplicité, débrouillardise, joie dans l’effort, sens de Dieu… C’est dans nos plus jeunes années qu’Hautefeuille a su nous donner des valeurs qui contribuent à construire les jeunes hommes que nous sommes aujourd’hui. Ce fut seulement 4 années (pour moi en tout cas) mais ce sont 4 années qui sont aujourd’hui le centre de gravité de bonnes amitiés. La preuve en est qu’il ne nous viendrait pas à l’idée aujourd’hui de faire participer quelqu’un qui ne soit pas passé par les locaux de la rue Armand Silvestre !

Ce pèlerinage est une rencontre annuelle : combien de temps dure-t-elle et en quoi consiste-t-elle ?

Sur le pèlerinage en lui-même, il faut savoir que nous l’abordons surtout comme un moyen de se retrouver et de passer du bon temps ensemble (une sorte de « road-trip » entre amis). Dans un deuxième temps la route nous amène aussi à rencontrer Dieu par les chapelles et les personnes que nous rencontrons. Nous avons fait de magnifiques rencontres et chanté bien des « Salve Regina » dans de petites chapelles perdues dans la campagne… Enfin cela a aussi un caractère « touristique », qui nous fait sans cesse redécouvrir la beauté de notre pays : après avoir traversé la France d’Est en Ouest, j’ai personnellement été surpris et émerveillé par la diversité des paysages et des cultures locales ! Pour que ce périple soit à chaque fois une réussite nous essayons de nous retrouver autour d’une semaine à dix jours durant les vacances d’été. Cela nous permet de faire chaque année un bout de chemin ensemble, même si c’est toujours compliqué de rassembler tout le monde du premier au dernier jour (stage, travail, vacances familiales…). Nous mettons alors nos quelques sous en communs et partons sillonner les chemins équipés de nos sacs de 15 kg, de bonnes chaussures, de quelques vivres et d’une grande soif d’aventure… On apprend beaucoup de soi-même et des autres lorsque fatigué par le soleil et les kilomètres, la seule nécessité le soir venu est de trouver un peu d’eau fraîche, de quoi se laver et se restaurer.

Vous êtes tous anciens de Hautefeuille : en quoi cela se manifeste-t-il dans votre vie ? Avez-vous été marqués par Hautefeuille, et de quelle manière ?

Pour cette question je vais uniquement parler de mon cas, car je ne connais pas assez bien la vie de chacun de mes camarades de marche, et je pense que chacun a aussi gardé quelque chose de particulier suite à son passage par le collège. Je pense qu’une des parties de l’éducation la plus déterminante se fait dans la tranche d’âge d’un collégien. C’est là pour moi toute la force d’Hautefeuille qui cherche autant à éduquer le cerveau que le cœur de l’enfant et lui donne sans qu’il s’en rende compte des atouts pour plus tard. J’ai encore ce souvenir des « valeurs de la semaine » (je ne sais pas si c’est le terme exact utilisé) qui étaient épinglés chaque lundi sur le tableau en liège de la classe. Même si je serais incapable de m’en rappeler d’une je sais que cela a eu un impact sur moi. D’autres gestes comme se lever quand un professeur entre, se mettre en rang, se mettre en cravate le mercredi (pour la messe), faire du sport, être personnellement suivi par un professeur (tutorat) et par un prêtre, etc, sont des choses qui je pense m’ont appris le respect, le goût pour l’effort, et l’envie de faire de son mieux. Avec du recul et après être passé par divers établissements publics c’est aussi très intéressant de voir ce que l’uniforme a apporté dans notre scolarité : en plus de son côté pratique il permet une grande cohésion entre les élèves et contribue je pense à casser des différences qui peuvent être handicapantes pour certains élèves. Par cette uniformité on peut je pense éviter l’exclusion sociale de certains élèves au sein de la classe, ou le phénomène « caïd de la classe ». Tous ces éléments seront des choses qui m’influenceront grandement quand il sera venu le temps pour moi de choisir l’éducation que je voudrai donner à mes enfants (ce qui n’est heureusement pas encore du tout d’actualité !)

Pensez-vous qu’un réseau comme celui des Anciens de Hautefeuille peut avoir une certaine force ?

L’idée d’un réseau d’Anciens d’Hautefeuille est très intéressante. Reste à voir la forme qu’il faut lui donner. En revanche je pense qu’elle devrait davantage se structurer autour du lycée que du collège. J’entends par là que les lycéens sortants seraient plus intéressés par ce réseau qu’un collégien. De plus je pense qu’il manque encore un peu de « bouteille » au lycée pour pouvoir constituer ce réseau : lorsqu’on regarde les grands réseaux d’anciens d’établissements comme Hoche, Stanislas, ou Henri IV, on s’aperçoit que cela fonctionne en partie car ils reposent sur des « parrains », des anciens devenus cadres avec d’importantes fonctions, ou des grands noms de disparus qui sont parvenus à laisser une trace dans notre société… Hautefeuille a fait son travail, c’est donc maintenant à nous de faire le nôtre !

Si vous étiez dans la vie professionnelle, dans le cas d’un recrutement ou d’un stage, attacheriez-vous une importance particulière à la candidature d’un ancien, et pourquoi ?

La réponse est pour moi clairement oui. Certes cela ne fait pas tout, mais en voyant cela chez quelqu’un j’aurais l’assurance en tant que recruteur qu’il aura reçu des bases solides. Certes cela remontera à loin, mais la formation du cœur et de l’esprit est si importante à cet âge-là qu’il aura sûrement gardé en lui cette envie de toujours faire de son mieux, de progresser, et ce respect pour les règles, le devoir et la hiérarchie qu’on nous transmet à Hautefeuille.

Yrieix

****************************************************************

LES REPONSES DE PAUL

Désolé la bande à jojo je me permet d’apporter quelques éléments de réponse avant vous... et surtout avant d’avoir consulté Philippe.

Pour la première des questions je répondrais de la façon suivante :
Philippe et moi avons eu l’idée de "faire" Saint-Jacques de Compostelle pour la première fois à un dîner d’anciens d’Hautefeuille ! Au début ce n’était qu’une idée, puis nous l’avons un peu travaillée. On s’est alors équipé et voilà, on est partis ensemble l’été qui a suivi !! L’idée nous est venue un peu par hasard même si déjà ça nous avait traversé l’esprit, on en a discuté avec pas mal de personnes ! Je dirais que c’est en lien avec Hautefeuille puisque l’on a tous été à Hautefeuille !! L’équipe s’est construite avec Hautefeuille

Après on a tout de suite essayé d’assembler à la fois spiritualité, vacances entre amis d’Hautefeuille, sport et visite !

En cela je pourrais dire que Saint Jacques est à la fois pour nous un pèlerinage mais aussi une occasion de se retrouver tous pendant quelques jours autour d’un butagaz ! Je pense que l’on est aussi attiré par ce côté aventure qui nous vient des scouts ! On vit plutôt des instants magiques sans forcément tout prévoir, c’est véritablement une aventure où on est seul avec soi même mais aussi entouré ! Ce pèlerinage dure environ 1 semaine et demi sauf pour Yrieix le rider !

Le mot rencontre est celui qu’il faut employer je pense : à Saint Jacques, on rencontre du monde, on se rencontre et on se retrouve ! Une vrai bande d’amis qui n’a besoin que de vivre des moments simples et sains ; on a l’impression, je dit on mais je ne sais pas si tout le monde sera d’accord avec ce que je dis, de vivre quelque chose d’inoubliable, retiré du monde ; on arrive à trouver des joies simples, des moments où l’on a besoin de rien d’autre !

C’est en cela que le groupe des Anciens d’Hautefeuille est une base solide ! On a tous l’impression de revivre une partie des moments que l’on a vécus à Hautefeuille ! On a tous les mêmes envies et les mêmes aspirations dans la vie, on partage vraiment quelque chose ! Ainsi recruter quelqu’un qui vient d’Hautefeuille c’est en quelque sorte recruter un frère, quelqu’un qui nous ressemble ! Donc recruter un ancien d’Hautefeuille c’est une certitude ! Sauf s’il n’a pas fait Saint Jacques....ahahahah

Bon j’ai répondu brièvement à des questions qui peuvent et qui doivent pouvoir éveiller conscience des autres équipiers !

****************************************************************

LES REPONSES DE CLEMENT

Je passe à l’acte et je réponds à cet interview, bien que Yrieix et Paul aient donné beaucoup d’éléments de réponses auxquels j’adhère.
Je ne suis pas à l’initiative de ce périple, à vrai dire je n’étais pas très concerné au début. C’est entre autres Briac qui m’a un peu raccroché en 2014.
Cette qualité d’anciens d’Hautefeuille est évidemment un point clé de cette marche. On a vécu nos années de collège ensemble et dans un établissement assez atypique (aux yeux de la société actuelle). Une partie de notre éducation à été forgée en même temps et de la même manière à une période importante : l’adolescence. On se retrouve finalement (je pense) avec beaucoup de points communs, de visions de la vie, et si je puis dire de choses qui font de nous des Aliens dans le monde d’aujourd’hui. Ainsi quand on retrouve un ancien, on n’a pas besoin de prouver quoique ce soit, on se "connaît bien" déjà même si on ne s’est pas vus pendant 3-4 ans. Cela est vraiment dans le même sens que l’esprit St Jacques, un esprit où il suffit d’être authentique et simple, et c’est aussi ça que je suis venu chercher. Changer d’air, se poser tout en vivant une aventure, découvrir notre patrimoine par ses régions, ses habitants, ses paysages.

Pour ce qui est de la rencontre annuelle, c’est de plus en plus difficile de trouver dans temps dans les études et les stages pour partir ensemble, alors maintenant on en est plus à proposer des périodes et on essaie d’arriver quand on peut. Je pense qu’il faut compter au moins une semaine pour avoir eu le temps de s’immerger et de vivre un peu le cœur de St Jacques. Les premiers jours c’est plus la "cure de désintoxication", il faut apprendre à faire le vide !

J’ai déjà un peu expliqué en quoi nous a marqué Hautefeuille, marqué par les bons souvenirs des garçons un peu bébêtes que nous étions. Des professeurs assez atypiques que nous avons eus ! (Tant par leurs charisme que leurs "violence" (rires)). Notre adolescence en ressort assez transformée de manière positive.

Je voudrais faire une parenthèse qui est mon simple avis mais je pense qu’il faut prendre garde à être conscient que la vie à Hautefeuille n’est pas celle de société, du monde qui nous entoure, et c’est très bien de s’en "isoler" le temps de l’adolescence mais il serait dangereux de l’oublier, le retour à la "réalité" pourrait en être difficile, et le tout est de savoir s’intégrer à ce monde tout en gardant les convictions que l’on a reçues à Hautefeuille. Fin de la parenthèse, c’est un autre débat !

Un réseau comme celui d’Hautefeuille est évidemment un atout mais je pense qu’il doit rester dans l’esprit du collège, c’est à dire assez humain. En caricaturant, un gros annuaire avec les noms et postes de chacun, c’est moyen. Un forum annuel ou des anciens motivés peuvent présenter ce qu’ils font à des plus jeunes (qui pourraient être eux-mêmes anciens) c’est pas mal, et cela pas seulement dans une dimension professionnelle. Mais exactement le genre d’endroit où d’autre projets comme saint Jacques verraient le jour.

Rapidement sur le dernier point, c’est une évidence que j’attacherais plus d’importance à un candidat de Hautefeuille. C’est un gage de confiance bien plus important qu’une simple dimension professionnelle. Je ne mettrais pas non plus une confiance aveugle dans le sens ou après pas mal d’années un gars peut changer. Je dirais que ça propulse directement à l’étape entretien !
Bref j’ai fait ça sur un téléphone, ça peut être un peu flou et si vous voulez éclaircir un ou plusieurs points je reste dispo ! (Avec vous aussi les gars !)

Clément

Silhouettes d'arbres et d'anciens d'Hautefeuille