Le blason des anciens du collège Hautefeuille

Accès espace membre

Première inscription

Pour votre première inscription, rendez-vous sur la page "Inscription"

Accueil > Nouvelles Agenda >Chrétiens en politique, avec Albéric Dumont

Chrétiens en politique, avec Albéric Dumont

Le samedi 3 décembre 2016, l’Association des Anciens de Hautefeuille a eu le plaisir d’accueillir Albéric Dumont, coordinateur général de La Manif pour tous, pour une conférence sur le thème : "Chrétiens en politique, un engagement pour tous ?". Cette conférence, à laquelle étaient conviés tous les anciens du Collège et du Lycée Hautefeuille, s’est tenue dans les locaux du collège, pendant environ deux heures. L’intervention d’Albéric Dumont a été ponctuée de questions et témoignages de la part des membres de l’assistance, donnant lieu à certains débats animés et échanges de points de vue très intéressants sur la question de l’engagement des chrétiens sur le terrain politique.

Afin d’illustrer ce thème et de présenter son propre engagement, Albéric Dumont a commencé par raconter les origines du mouvement de la Manif pour tous, dont il est l’un des fondateurs, et sa transformation d’une association en un parti politique. Cette transformation n’a pas été sans difficultés concernant les choix politiques et stratégiques qu’est amené à prendre un parti. Ainsi, La Manif pour tous a fait le choix, pour le moment, de ne pas présenter ses propres candidats aux élections, préférant concentrer ses efforts sur une lutte d’influence auprès des candidats d’autres partis, et dont la notoriété et la visibilité médiatique est déjà importante.

Albéric Dumont n’a pas manqué d’illustrer son propos par le dilemme auquel la plupart des chrétiens ont été confrontés lors des primaires des Républicains. La nette victoire de François Fillon, à laquelle s’ajoute le score décevant de Jean-Frédéric Poisson, apporte deux enseignements majeurs. Premièrement, le triomphe du vote utile : les chrétiens ont voté massivement pour un candidat dont les valeurs n’étaient pas trop éloignées des leurs et dont la visibilité médiatique et les chances d’être gagnant étaient devenues très importantes, au détriment d’un candidat dont les opinions étaient bien plus conformes aux valeurs chrétiennes, et dont les chances réelles d’être désigné candidat de la droite étaient nulles. Deuxièmement, un réveil des consciences : Albéric Dumont souligne que la victoire de François Fillon aux primaires est l’expression d’une lame de fond et de la volonté des chrétiens et d’une large partie de la population de porter les idées d’un candidat attaché aux valeurs traditionnelles de la famille.

Le conférencier était cependant loin de tomber dans le triomphalisme. Il a dit comprendre le scepticisme de certains chrétiens, qui considèrent d’avance que tous les espoirs placés en François Fillon pour faire changer les choses seront immanquablement déçus. Albéric Dumont a alors rappelé que l’engagement en politique était très difficile pour un chrétien, et que lui-même avait vu nombre de catholiques devoir mettre de côté la défense de leurs convictions personnelles une fois engagés en politique. Non pas en raison de la faiblesse de leurs convictions ; mais plutôt à cause de certains tabous qui existent en politique, et que toute tentative pour briser conduit à une suicide politique. Albéric Dumont a insisté sur la nécessité de ne pas systématiquement jeter la pierre aux chrétiens, courageux, qui occupent des responsabilités politiques, et qui sont souvent contraints à des compromis contraires à leurs opinions.

Albéric Dumont a ensuite souligné le rôle essentiel et l’influence considérable des médias dans la politique, ce qui rend très difficile, voire impossible, l’émergence de candidats "hors partis", qui ne peuvent pas se faire entendre sans visibilité médiatique. C’est cet obstacle qui a conduit des chrétiens proches du mouvement de La Manif pour tous à créer Sens commun, groupe intégré au parti des Républicains. Le conférencier a expliqué que Sens commun et La Manif pour tous visaient le même objectif, qui est de défendre les valeurs de la famille en politique, et ont choisi des stratégies différentes, ce qui rend leurs actions très complémentaires.

Comment alors peut agir un chrétien pour faire changer les choses et défendre ses opinions personnelles ? Albéric Dumont a souligné le très faible nombre de catholiques dans les deux professions les plus importantes pour diffuser des idées dans la société : journalistes et magistrats. En ce qui concerne ces derniers, Albéric Dumont a insisté sur le fait que la Manif pour tous n’avait gagné qu’un seul procès depuis sa création, parmi les innombrables batailles judiciaires auxquelles elle a été mêlée contre des mouvements LGBT et pro-genre, en raison de la partialité du corps judiciaire. La faible présence des chrétiens dans les médias et la magistrature s’explique par le caractère peu rémunérateur de ces professions. Les chrétiens, qui ont en moyenne à leur charge des familles plus nombreuses que le reste de la population, se tournent ainsi davantage vers des professions plus rémunératrices, telles que la banque ou l’industrie, métiers qui n’ont pas le même impact sur l’opinion publique qu’ont les journalistes et les magistrats.

C’est donc comme un signal envers les plus jeunes que le conférencier a lancé : n’hésitez pas à occuper des professions telles que journalistes ou magistrats, ou à vous lancer en politique ! Il a en tout cas invité chacun à se demander comment il pourrait défendre le mieux ses idées dans la société, en fonction de ce qui l’intéresse et ce qu’il sait faire. Lui-même a ainsi décidé de créer sa propre entreprise d’agents de sécurité, afin de remédier à l’inaction des pouvoir publics pour la protection des certains lieux pourtant très exposés au risque terroriste, tels que les lieux de culte chrétiens. Albéric Dumont est pourtant le premier à regretter ce phénomène actuel de "privatisation de la police". Cependant, face à la passivité des autorités et à l’urgence d’agir pour protéger les chrétiens, à un moment où ils sont pourtant devenus les cibles privilégiées du terrorisme, il a fait le choix de se lancer dans cette aventure. Chef d’une entreprise d’agents de sécurité et coordinateur d’un parti politique qui défend les valeurs de la famille, telle est la double casquette d’Albéric Dumont, dont le témoignage ne manquera pas, espérons-le, d’éveiller des vocations parmi les anciens de Hautefeuille qui cherchent leur voie professionnelle ou qui pensent à une reconversion !

Silhouettes d'arbres et d'anciens d'Hautefeuille